Extrait des : Carnets de bord du ROI-SOLEIL
voilier/école

Le Roi-Soleil

 

Le Dernier voyage du Capitaine Nemo

capitaine Nemo

Le Capitaine Nemo, goélette de quarante pieds, voilier de ma jeunesse

Le dernier voyage du capitaine Nemo

Septembre 1975, lac Saint-Louis, samedi 11.30h.
Endimanchés, l'air triste, nous marchons sur le quai du Royal St-Lawrence Y.C. vers trois bateaux : le Capitaine Nemo, La Déferlante et le Beaver; nous sommes prêts pour un petit voyage bien spécial. Personne ne parle: une dame d'un certain âge, ma mère, quelques autres têtes blanches, de jeunes adultes, des enfants, quelques adolescents, des fleurs et notre peine. Nous nous répartissons sur les trois bateaux.
Les moteurs ronronnent, je suis à la barre du Capitaine Nemo, ma mère à mes côtés, vibrante d’émotions face à la perte de son compagnon de vie. Parmi les autres proches embarqués, il y a mon frère; il a laissé son fils aîné prendre charge de son bateau; le beau frère anglais (il en faut un par famille) sur son cruiser. Les trois bateaux se suivent, destination la bouée verte, AC 51, à la profondeur de 29 pieds et c'est là que ça se passera : nous conduirons le capitaine au lieu de son dernier repos à bord de sa goélette : 40 pieds à sabler, à astiquer et à repeindre à chaque année, des voyages sur le fleuve, vers le lac Champlain, des étés passés à bord. Je le revois, ce " Grand-Mât "* m'expliquant les rudiments de la voile, jouant admirablement bien son rôle de capitaine et de père.
Le profondimètre cherche le «29 pieds» de la carte ; nous tournons, revenons; la Déferlante, le Beaver suivent religieusement, nous n'arrivons pas à trouver, des visages s'assombrissent. Pourtant, mon frère a tout prévu.
Ça y est, le maudit moteur fait encore des siennes, il s'étouffe.
Le temps de me remémorer des pannes vécues, de sa façon à lui de tout réparer. Ingénieux, souvent avec des outils et des matériaux de fortune.
Le courant nous dévie de notre course. Un ordre à mon frère, il est à l’avant du bateau : "Mouille!" Il s'exécute, l'ancre croche, le bateau fait tête et s'immobilise. Croyez-le ou non, nous sommes au «29 pieds»! Les deux autres bateaux viennent s’accoster à l'épaule… tout le monde embarque sur le Capitaine Nemo… Nous nous préparons, les paroles d'usage…
La bôme de la misaine**, sortie du côté bâbord, tient une petite poulie à son extrémité; un bout' ramené au bateau au bout de la bôme. Au dessus de l'eau, pend un beau petit coffre de bois précieux à l'intérieur duquel se trouvent les cendres du capitaine. Un petit coup sec et sera immergé ici, à cet endroit, choisi par mon frère, cette jolie boîte qu'il a sculptée de ses propres mains. Il a même pris soin de couler du plomb pour qu'elle puisse caler et ainsi déposer son précieux contenu dans son ultime demeure, au fond du lac.
Quelques prières, beaucoup de larmes, chacun lance sa petite rose, des rouges pour tous sauf, une blanche, pour la dernière née de la lignée, ma fille Isabelle, elle a cinq ans. Le grand coup est donné, la petite boîte tombe à l'eau…
Alors, tout se précipite : le coffre ne cale pas! Les roses se sauvent avec le courant. C'est la confusion totale, tout le monde s'énerve. Ma sœur aînée veut se jeter à l'eau pour aller chercher la boite… Un vrai film italien ! Je me dis que c'est sa façon de nous faire un dernier pied de nez.
Enfin récupérée! Mais quoi faire avec cet emballage ? Il ne veut pas aller au fond, l'ultime raison de tout ce déplacement… S'il y en a pour tout prévoir ou presque, il y en a d'autres pour penser vite: Je descends à fond de cale, prends un poids de châssis servant de lest, vais chercher un bout de broche et ficelle le tout avec soin.
Enfin, la petite boite disparaît vers le fond.

Homage au capitaine du voilier  «Le Capitaine Nemo»
Mon père, Henri, maître après Dieu à bord du Capitaine Nemo, repose au fond du fleuve Sain t-Laurent dans ce coffre de pirate et y restera grâce à de la broche.

Je viens de comprendre ce qu'il voulait dire quand il affirmait qu'on pouvait aller très loin avec des matériaux de fortune.

 

*Grand-Mât : Capitaine

** Bôme de misaine : l'espare qui tient la bordure de la voile avant d'une goélette

Louis Charbonneau
«Le Roi-Soleil»
La vile les deux pieds sur le pont

Ma première arrivée au lac Champlain  (à venir)
Soirée bien arrosée
La_semaine_débute_bien
Coup de chien
La baie Madonaugh, le train
La flotille
Le décès de ma mère
L'eau est trop basse pour naviguer :
Le dernier voyage du Capitaine Némo Le décès de mon père. Endimanchés, l'air triste, nous marchons sur le quai du Royal St-Lawrence Y.C. vers les 3 bateaux: le Capitaine Némo, La Déferlante et le Beaver; ils sont prêts pour un petit voyage bien spécial...
Enfin à bord de mon voilier

 

 

La saison est terminée,
mais... Des histoires de capitaine
pour agrémenter les soirées d'hiver

En attendant le printemps

 

Pour un bref CV de Henri Charbonneau et quelques photos, cliquez

LES CARNETS DE BORD DU ROI-SOLEIL voir lien

 © École de voile Louis Charbonneau | -- |Inscription | -- | la Voile, la revue électronique |