École de voile Louis Charbonneau

La voile pour la plaisance articles paru dans la Presse Nautique


Se préparer à la virée. se_preparer_a_la_viree.
Vérification des réserves. Le départ pour une virée nécessite qu'on ait suffisamment de réserve de carburant pour le moteur auxiliaire. La nourriture nécessaire, l'eau potable requise; la quantité d'eau douce est relativement peu importante pour le navigateur de lac et vous comprendrez pourquoi.
Le niveau d'huile des moteurs. Tous les moteurs auxiliaires peuvent s'endommager s'ils manquent d'huile. Il est préférable de vérifier le niveau d'huile avant chaque virée. Le moteur se refroidit à l'eau donc, vérifier l'écoulement de l'eau à l'arrière du bateau. Un moteur ne doit pas rouler sans refroidissement
Les forces du vent. Évaluer les forces du vent est assez simple si vous avez vue sur une bonne surface de lac. Les moutons* indiquent qu'il faudra un foc de route et peut-être un ris*. N'oubliez pas qu'il est préférable d'avoir un voilier sous-voilé que sur-voilé.

 

Évaluer les forces du vent
Regarder les autres partir nous donne de bons indices :
remarquez qu'il a réduit sa voilure en mettant un ris*

La sécurité élémentaire. Vérifier le nombre et l'accessibilité des gilets de sauvetage. S'organiser pour que tout le monde connaisse l'accessibilité du filin de secours* et de la bouée de sauvetage. Les gilets de sauvetage se portent habituellement aussitôt que les moutons sortent. Certains préfèrent les porter en tout temps; un gilet par personne. La voile de nuit nécessite un harnais.
Établir l'itinéraire. Pointer sur la carte la destination, identifier les points critiques, profondeurs, courants, densité du trafic de navigation, … Prévoir un ou des abris le long du parcours, au cas où … Lecture du baromètre*, l'écoute de la météo marine, donner son itinéraire aux gardes côtières ou à des amis, …


un équipage établit le parcours
Quitter le quai. Quand vous quittez le quai, assurez-vous d'avoir un des équipiers sur le quai prêt à intervenir pour éviter les égratignures sur la bordée* et prêt à embarquer. Il faut que l'amarre qui sert le plus, soit la dernière enlevée. Attention aux amarres qui pourraient rester à l'eau : un bout dans une hélice crée de graves problèmes.

 


Ici, les conditions de vent facilitent la tâche.


Il faut que le barreur rende le voilier manoeuvrant le plus rapidement possible: ranger amarres et défenses. La gaffe. La gaffe* est une manœuvre utile pour quitter ou arriver à quai, pour ramasser un câblot de coffre* pour accrocher un quai, mais elle ne doit jamais être utilisée sur un autre bateau comme appui ou autrement: cause de chicane de voisin de quai. On évite un autre bateau en tournant et utilisant la renverse : il doit y avoir contact, pieds et bras pour repousser ou quelques défenses bien placées.
Appareillage. Obligation de fermer les hublots, une forte gîte pourrait faire entrer l'eau à l'intérieur de la cabine. Il en est de même pour les écoutilles, surtout au moment de hisser les voiles; un pied est vite tombé dans le creux de l'écoutille. L'importance de ranger les défenses: encombrantes et laides sur la bordée.

Bien fermer écoutilles et hublots pour garder l'intérieur au sec,


Photo no 5 : enlever defense_grande : texte pour photo : lover* les amarres, rentrer les défenses* ... et les ranger dans les coffres pour éviter l'encombrement .


Quitter un coffre* ou lever l'ancre est une manœuvre très simple surtout quand on le fait à moteur. Dans le cas d'une ancre bien prise, on lève la chaîne ou le câblot jusqu'à ce qu'il soit au- dessus de l'ancre. Si l'ancre résiste, on attache le câblot ( la chaîne) au taquet et on demande au barreur de mettre le moteur en avant et l'ancre se décroche habituellement aussitôt que le poids du bateau se manifeste. Attention! Les manœuvres pour mouiller et lever l'ancre sont délicates et sont souvent l'occasion de chicane: on se crie après! Adoptez les conversations par signes: de toute manière, la chaîne d'ancre et le moteur couvrent les voix (question de divorce!).


Le guindeau* facilite la tâche quand c'est le temps de lever l'ancre ...Quitter un coffre* est plus simple ...
C'est un départ …

 


Photo no 7 : Le Roi-Soleil hisse les voiles_grande


Dans le prochain article, nous suivrons " Le Roi-Soleil " dans sa virée … Les manœuvres ... Le travail de l'équipier, du barreur, … La dynamique des forces, …

Quelques mots de vocabulaire
Moutons : petites vagues déferlantes ou crêtes de lames qui se brise sous l'action d'un vent moyen ou plus et dont la blancheur fait penser à un mouton.
Ris : manière traditionnelle de réduire la surface de la grand-voile.
Filin de secours : ou orin de secours est la ligne que l'on envoit à l'équipier tombé à l'eau quand on a de la difficulté à s'en rapprocher. Il en existe de très bien fait sur le marché ; une cinquantaine de pieds de câblots légers facile à lancer facile à lancer comme un balle, elle se défait facilement et atteint l'objectif, l'autre extrémité étant toujours frappée (attachée) au bateau.
Gaffe : longue perche munie d'une pointe pour pousser et d,un crochet pour ramasser.
Coffre : mooring en anglais, il sert de flotteur pour une ancre permanente. Il y a un câblot vers le bateau à l'extrémité duquel il y a une flotte. Il s'agit de récupérer ce cablot avec la gaffe et de le frapper au taquet avant du bateau et de tout simplement le lancer pour faire grand bateau.
Lover : rouler un cordage sur lui-même en formant des boucles bien régulières. On love les amarres, on love les drisses, ... question de faciliter l'accession éventuelle
Défenses : ou pare-battage, sont des engins de protection que l'on suspend le long de la bordée pour protéger la coque à l'accostage.
Bordé : le côté ou le bord au dessus de la ligne de flottaison.
bordée : la direction par rapport au vent. Le voilier est sur une bordée de bâbord parce que le vent vient frapper l'embarcation du côté bâbord. On dit également amure bâbord, nous y reviendrons dans un autre article.
Baromètre : cet instrument de mesure de pression atmosphérique est très utile à nos latitudes où les vents forts sont généralement annoncés par des chute de pressions barométriques.
Taquet : accessoire destiné à attacher une manoeuvre ( drisse, amarre, câblot, ...) Attention : le même mot manoeuvre peut vouloir dire une action, exemple, hisser un voile ou des objets comme filins, cordages, gaffe, ...
Guindeau : treuil réservé à la manoeuvre de l'ancre.
Amure : direction par rapport au vent amure bâbord parce que le vent vient frapper l'embarcation du côté bâbord et amure tribord, ...


 © École de voile Louis Charbonneau | -- |Inscription | -- | la Voile, la revue électronique |