Nouveau lit matrimonial
Suite à ma dernière sortie en cours de  voile

Extrait de "LES CARNETS DE BORD DU ROI-SOLEIL" voir lien

Mon aventure qui m’a plongé dans un profond malaise de musculature m’a fait réfléchir, avec l’aide de Nicole que mon  lit était passé dû; pourtant, il m’avait bien servi. Un peu mou, un peu bas, assez difficile de me sortir du lit : en fait, au lieu de descendre de mon lit, je  m’éreintais à monter au niveau du plancher : les douleurs occasionnées par ma virée en bateau, un peu épique, devenaient de plus en plus difficiles à gérer. Nicole m’avait pourtant dit depuis quelques temps, 5 ou 6 ans peut-être, qu’elle avait mal au dos. Pourtant moi, je n’avais pas vraiment mal du moins avant ma mésaventure. Un petit historique,  au moment de mon divorce, il y a plus de 30 ans, il fit partie des chicanes : «  j’vais partir avec le lit-- Non c’est mon lit ! – Que ton nouveau tchum t’en achète un ! »
J’ai donc gardé de lit, encore en forme après 25 ans de mariage, bien utilisé, de bons ébats, trois enfants, quelques gambades durant ma période de célibat, quelques femmes invitées, de tailles et de poids différents de quoi revivre ma jeunesse … Quand Nicole est arrivée dans ma vie, on ne se rendait guerre compte que le matelas avait quelques faiblesses.  Il s’agissait de nous y rejoindre (demi étage au dessus du boudoir) par une échelle de meunier ou plutôt de capitaine, étant donné mon métier. Nous étions très fringants, ce n’était ces petits détails à peine perceptibles qui nous arrêtaient. Bon an mal an, le temps passa. Mais aujourd’hui, mes douleurs de capitaine magané m’ont mis devant une réalité.  Quelques calculs, l’année de l’achat, je me suis souvenu… L’acquisition de la maison de Léry, 1964 et nous sommes en 2019. Ouf ! Il ne me doit rien ce lit qui avait pris un air japonais.

     
Quand on se couche, on descend dans le lit, quand on se lève, on monte au plancher. Pas évident de remonter surtout quand on s’est amusé à faire des virées dangereuses qui malmènent, surtout que le matelât avait un peu perdu de sa fermeté. Nous sommes donc partis acheter un nouveau lit.

Enfin le nouveau lit

Et puis : quand on se couche, on monte dans le lit,quand on se lève, on descend au plancher.

Et, mieux reposé ....

 

 © École de voile Louis Charbonneau |Inscription | -- | la Voile, la revue électronique |