La voile est une activité fort sympathique, article paru dans la Presse Nautique sept 2004

La voile est une activité fort sympathique, sport, mode de vie, évasion, ... Elle prend de plus en plus de place parmi les activités estivales. Cette série d'articles, la Voile pour la Plaisance, s'adresse particulièrement aux non initiés, nous tenterons de vous présenter l'art de la voile le plus simplement possible. Ce n'est pas une activité difficile, il s'agit de s'y mettre, d'être bien conseillé, ... Les apprentissages sont très concrets, ... Avoir une forme physique normale, le goût d'apprendre quelque chose de neuf, ...

Voyons d'abord un peu de vocabulaire et les grands principes de déplacement du voilier.

La pratique de la voile demande la connaissance d'un certain vocabulaire de base, permettant ainsi à l'équipage de se comprendre. Si le barreur, i.e., celui qui à la barre ( à roue ) dirige le bateau, donne le commandement de border les voiles, il faut que l'équipier sache qu'il doit rapprocher la voile dont il a responsabilité : il doit donc savoir ce qu'est une écoute, ce que veut dire border ... Le vocabulaire utilisé n'est pas une question de snobisme, il doit devenir monnaie courante pour s'assurer de bien naviguer. On hisse les voiles avec les drisses en début de virée, on les affale une fois terminée, ... On choque les voiles quand si le vent devient subitement trop violent ... On parle de virement de bord, ... On ne reste jamais debout au moment de faire un empannage, manoeuvre de virement de bord sous le vent, sinon la bôme pourrait nous arracher la tête, ... Donc, bôme empannage, ... et tous les autres termes doivent être maîtrisés ...

 

Le gréement

Le Roi-Soleil est actuellement amure bâbord, le vent vient de bâbord ... On peut voir plusieurs manoeuvres. D'abord, les dormantes, i.e., celles qui sont fixes : l'étai à l'avant, le pataras à l'arrière; avec les haubans, ils tiennent le mât en position, ces derniers ne sont pas visibles, cachés derrière le génois, la voile avant. Remarquez que le génois s'enroule autour de l'étais après chaque virée. Tous les voiliers ne sont pas grées d'un enrouleur, il faut alors, comme pour la grand-voile, hisser et affaler, à chaque sortie, la voile avant qu'on nomme le foc quand elle est plus petite. Il y a aussi les manoeuvres vives : les drisses non visibles, cachées derrière le génois, servent à hisser et affaler les voiles; les écoutes servent à border et choquer les voiles, i.e., à les approcher ou à les éloigner du bateau selon la direction du moment. Notez ici que le Roi-Soleil est au près, la gîte est faible, le vent est léger, ... Attention, le mot manoeuvre peut également signifier le fait de manoeuvrer le bateau, soit, faire un virement de bord, hisser les voiles, mouiller l'ancre, ...

 

La coque

Un voilier avance avec le vent. Une barque, un bout de bois, une boite de carton, un canard en plastique, un ballon, ...laissés seuls sur l'eau se font tous pousser par le vent, ... Facile à imaginer ! Le voilier c'est autre chose : il ne se déplace pas seulement dans le sens du vent, il peut filer dans plusieurs directions. Vent arrière, comme le matelas soufflé ... Mais aussi vent 3/4, vent de côté et même très près du vent, jusqu'à 45° degré de son lit. Il peut donc gagner du terrain contre le vent. La quille, ce aileron placée dans le sens de la coque empêche le voilier de glisser de côté, soit de dériver. Il est donc possible de naviguer contre le vent à condition de l'attaquer en tranche de 45°. Ça prend plus de temps, ça demande beaucoup d'énergie ...

Les différentes allures
( le voilier peut naviguer dans toutes ces directions )


Pour distinguer côté bâbord de côté tribord
Bat ... regardez à l'avant du bateau, écrivez le mot batterie, coupez le en deux ... trie
Bâbord est là……………………………….. tribord est ici

La voile pour la plaisance, Louis Charbonneau, La Presse Nautique

 © École de voile Louis Charbonneau | -- |Inscription | -- | la Voile, la revue électronique |