Extrait des : Carnets de bord du ROI-SOLEIL
voilier/école

Le Roi-Soleil

Joée est quand même revenue. pour une mise à cape
J’ai appris ce jour-là que Le Roi-Soleil n’est pas le meilleur des «capeux».  Mon ancien voilier, La Marotte, un Grampian 26, s’immobilisait presque totalement quand on le mettait à cape. Je me souviens même d’avoir abandonné mon 26 pieds tout un après-midi, en face de Mooney Bay pour aller donner un cours sur un autre voilier. Mon apprenti faisait virements de bord  et empannages, tout autour de ce bateau fantôme, en plein milieu du lac, bien à la cape et prioritaire sur tous les autres puisqu’il était immobile. Le Mégafun, voilier souvent complice de mes bons coups et de mes meilleurs s’est adonné à passer tout près, je le voyais, il semblait me crier «Tu t’es fait une nouvelle blonde !» Je connaissais ses fantasmes ! Et moi de lui crier « Je suis ici !». Un angle qui projetait ma voix d’un tout autre endroit que celui prévu. Il me parle encore de son ébahissement.
Revenons à ce jour qui m’a permis de connaître un petit défaut de mon nouveau bateau. Ce jour-là, petit vent léger, nous décidions de bénéficier de cette belle manœuvre de jeux de voile et de barre se plonger, légèrement vêtus dans cette belle eau du lac Champlain. Précautions d’usage : l’échelle de bain, je restai à bord, un bout’ à l’arrière (En plastic flottant : l’hélice !). Joé  plongea. Surprise, le bateau se déplaçait plus vite que ma nageuse. Je la voyais, elle faisait des efforts pour accélérer. Niet ! Le moteur, le virement de bord. L’exercice de l’homme à mer. Et enfin à bord. «Louis, j’ai vu le grand tunnel!»
Hé oui, elle est encore revenue.
Examinons d’un peu plus près cette manœuvre. CAPE (n.f. du latin caput: tête).
Allure qui permet d'immobiliser le bateau toutes voiles déployées. On peut dire 'prendre la cape', ' se mettre à la cape', 'capeyer' ou 'tenir la cape', Pour voir la mise à cap dans les détails

La mise acape est bien douce au coeur du capitaine

Le Roi-Soleil à cape

Mise à cape

Position des voiles


La cape est obtenue en faisant un virement de bord (nez au vent), grand-voile bordée plat, foc à contre (gardé en position, d’avant le virement), barre mise dessous toute (comme pour essayer de revenir sur l’amure d’origine). Le bateau devient à peu près immobilisé ; la dérive est alors presque de travers et faible. La cape courante laisse au vent du bateau, côté arrière, une zone de remous de l'épaisseur du tirant d'eau du bateau qui empêche la mer de briser.
La cape courante peut être utilisée dans presque toutes les conditions, sauf par brise trop faible.  Elle nous permet de nous reposer, de dormir, de manger et profiter de tous les autres plaisirs qui accompagnent la voile. La mse à cape est bien douce au coeur du capitaineCette manoeuvre permet d'étaler un coup de chien en restant presque nez au vent et à la mer. Le bateau n'aura pas tendance à lofer ni à abattre.
Une fois bien équilibré, le bateau a peu de vitesse vers l'avant et dérive lentement dans le sens du vent, tout en créant au vent une turbulence à l'abri des déferlantes. C'est la meilleure position de repos. Elle permet à un équipage fatigué de refaire ses forces. La présence d'une voilure équilibrée permet de rendre rapidement le bateau à nouveau manoeuvrant.
Récupérer un homme à la mer avec la mise à la cape. Un homme à la mer ne s'éloignera pas beaucoup du bateau à la cape qui pourra facilement le repêcher.
La cape, moins dangereuse que la fuite, est de mise par gros temps. C'est d'ailleurs une très bonne façon de récupérer l'homme à la mer. On met le voilier à la cape au vent par rapport à l'équipier à récupérer dans la ligne du lit du vent. Il pourra nager vers le bateau immobilisé avec des voiles qui n'offrent aucun risque de fouetter les équipiers et la personne à récupérer.
La mise à cape est de mise pour celui qui navigue en solitaire. L’immobilisation du voilier permet une période de répit sans vraiment se déplacer de façon substantielle. Elle permet d’attendre la levée du jour avant d’aborder un port inconnu aux approches difficiles : le voilier les quelques repos nécessaires avant une entrée laborieuse. Lien pour la cape
 

Louis Charbonneau
Le Roi-Soleil
La voile, les deux pieds sur le pont

 

Nouveau
Que diable allait-il faire
Dans cette Galère

Ma première arrivée au lac Champlain
Soirée bien arrosée
La_semaine_débute_bien
Coup de chie
n
La baie Madonaugh, le train
La flotille
Le décès de ma mère
L'eau est trop basse pour naviguer
:
Le dernier voyage du Capitaine Némo
Le décès de mon père. Endimanchés, l'air triste, nous marchons sur le quai du Royal St-Lawrence Y.C. vers les 3 bateaux: le Capitaine Némo, La Déferlante et le Beaver; ils sont prêts pour un petit voyage bien spécial...
Enfin à bord de mon voilier

La mort rôde autour
Joée et le poêle à l’alcool
Joée est quand même revenue… pour une mise à cape
Parmi les premières armes du Roi-Soleil: le Saint-Laurent, le lac Ontario
Virée en Atlantique, les ouragans
Pignoches à la rescousse d’une épavea
Une virée des Baléares aux Canaries.
Les rêves de départ pour le sud sont quelques fois reportés
WE très spécial : concert à Bluff Point

Bientôt : Les aventures du «Capitaine Nemo». Jadis, naguère, il y a très longtemps ; la voile d'une autre époque ...

Lisez les conseils du capitaine

 

Hors asaison,
Des histoires de capitaine
pour agrémenter les soirées

La saison est terminée

LES CARNETS DE BORD DU ROI-SOLEIL lien

 © École de voile Louis Charbonneau |Inscription | -- | la Voile, la revue électronique |