École de voile Louis Charbonneau

1918, Henri Charbonneau, plus tard, maître à bord du voilier "Capitaine Nemo" et son frère Néopold se sauvèrent de la grippe espagnole en partant pour le Bas Saint-laurent à bord d'une chaloupe.

Bien petite embarcation pour braver bas du fleuve Saint-Laurent

Mon père m'a tellement raconté d'histoires de marin d'eau douce : son père avec, selon les périodes de sa vie, son voilier, son bateau à vapeur à bord duquel est née tante Julienne en 1892, à l'époque du tout premier tramway électrique montréalais. En sa fin de vie, Napoléon, le prénom du grand-père, se procurait un bateau à essence, probablement le premier de la région de Montréal. Il était juge, il en avait les moyens. Il faisait lui-même, tous les travaux habituels nécessaires sur une embarcation. C'est à bord de ce bateau que toute la famille fit une virée jusqu'à New York : le Saint-Laurent, Sorel, le Richelieu, le lac Champlain, le canal Champlain, question de franchir des écluses pour rejoindre le fleuve Hudson ... C'est aussi à bord de bateau Napoléon rendit l'âme : un coup de manivelle de trop sur le moteur, une crise de coeur. Les deux jeunes de 14 et 15 ans durent conduire le bateau à bon port, le coeur à l'envers, leur père...
En 1918, les écoles n'ont pas ouvert leurs portes : c'était la grippe espagnole. Les deux frères décidèrent de fuir la civilisation, les villes, loin des microbes : une chaloupe menue d'une voile, d'un moteur hors bord à manivelle tactile, une ancre, une paire de rames, un petit poêle improvisé, deux gilets de sauvetage, quelques couvertures, équipements essentiels, et surtout plein d'énergie à dépenser.
Ce cher papa traçait déjà sa vocation : devenir médecin, se spécialiser en maladies contagieuses, éviter les contacts entre humains.
Ils revinrent à la fin d'automne : beaucoup de choses à raconter, de belles rencontres, loin des microbes qui avaient envahi petites et grandes villes.
Heureusement qu'ils n'étaient pas allés au congrès eucharistique de Victoriaville du 12 au 14 septembre 1918. Ils ont ainsi évité de rencontrer «la Grande Faucheuse»

 © École de voile Louis Charbonneau | -- |Inscription | -- | la Voile, la revue électronique |